Prendre contact
06 01 31 62 04

Club 120 - Le processus d’animation, vecteur et outil essentiel de performance

08/03/2018

Cet épisode s’intéresse à un élément essentiel pour la cohésion d’un groupe et à sa dynamique de création: le processus d’animation. Trop souvent dans les groupes de travail, pressés par le temps et l’urgence de l’objectif, les acteurs foncent sur ce qu’il y a à faire: le contenu. Le processus permet non seulement d’éviter cela et permet aussi d’élever la conscience collective vers ce qui fait sens commun pour tous les acteurs.

-------------

L’urgence de l’objectif ou la prise de pouvoir des plus forts

Traditionnellement –et forcément dans un groupe tel que celui qui nous intéresse, constitué de personnes soumises quotidiennement à des exigences d’immédiateté- les travaux en groupe sont dominés par une logique d’efficacité: on est pressé par le temps et on se sent dans l’urgence d’atteindre l’objectif. L’envie d’atteindre le résultat est pressante et le contenu devient premier.

S’instaurent alors des logiques de débat où l’on cherche à peser le pour et le contre et à trancher par la majorité. Le plus souvent, ces processus conduisent à une forme de prise de pouvoir par les personnalités les plus fortes.

Le processus d’animation, un puissant lien avec le sens collectif

En mars 2017, le groupe d’affaire autonome qui se constitue tous les vendredi matin dans un restaurant de la commune de Saint-Egrève est désormais constitué d’une vingtaine de membres. Depuis son démarrage en septembre 2016 sous l’impulsion de cinq membres fondateurs, de nombreuses avancées ont été réalisée tant du coté structure que du côté processus d’animation.

L’impulsion est donnée par un petit groupe de huit participants qui se réuni tous les mercredi matin pour préparer la réunion du vendredi qui suit. Dans la culture de notre club d’affaire, ces personnes constituent le groupe leadership.

Tous les mercredis, le rituel est immuable. Passé le temps des accolades et de la commande des boissons chaudes, les partenaires déroulent de façon rigoureuse un processus d’échange et de partage. Chacun y parle de son humeur du moment, de ses états d’âme, des difficultés qu’il rencontre dans son activité professionnelle ou de telle ou telle anecdote ayant au contraire égayé sa semaine. Chacun est entendu dans ses attentes en lien avec sa présence à la réunion et la vision qu’il a du groupe d’affaire.


Quatre questions structurent ces échanges: comment est-ce que je me sens aujourd’hui? Qu’est-ce que j’ai retenu de la précédente réunion du groupe d’affaire? Qu’est-ce j’attends de la réunion de ce jour et quelles sont mes 3 priorités à cet instant? Quelle va être ma contribution aujourd’hui et vendredi prochain?

Au tout début de l’aventure, ce processus étonne et sans doute dérange quelques uns. Mais bien vite, par la capacité qu’il offre à chacun de parler de soi et de s’installer dans une posture d’écoute et de partage, le processus démontre la puissance de création et d’imagination du collectif: les sujets sont le plus souvent traités rapidement, des solutions sont facilement trouvés, l’imagination et la création sont libérées.

Les membres du groupe leadership expérimentent à tour de rôle la fonction d’animateur du processus. C’est un rôle essentiel car il permet au groupe de développer son activité dans un esprit de sécurité et de bienveillance.

Ainsi, le processus protège le groupe de la focalisation sur le contenu. Il permet à chacun de se sentir exister et pris en compte en tant que personne. Il développe le partage et la convivialité. Il est au service de ce qui rassemble, de ce qui fait sens pour tous.

Le processus d’animation, un cadre protecteur

Cet esprit de convivialité et la dynamique de travail développé au sein du groupe leadership est modélisant. Il donne à voir un exemple de culture collective où la bienveillance et le respect de l’autre ont autant de légitimité et de force que les échanges de cartes de visite. C’est un exemple qui donne envie et qui très certainement imprime dans l’inconscient des membres du groupe d’affaire l’idée que d’être ensemble dans la joie et la bonne humeur est non seulement chose possible et efficace mais surtout gage de créativité et d’action.

En réunion le vendredi, un processus d’animation est ainsi explicitement mis en œuvre, avec autant d’ouverture que de rigueur.

Pour que chacun se sente membre à part entière de la communauté, le processus autorise les personnes à parler d’elles, de ce qu’elles vivent au quotidien, de ce qu’elles rencontrent comme joies ou comme difficultés. Il permet de parler de ses compétences professionnelles, de faire part de ses besoins, d’exprimer des demandes. Les membres se donnent la parole à l’aide d’un hochet, ce qui installe une dimension ludique et joyeuse favorisant la création du lien et du partage.


A la différence de ce qui peut se faire dans d’autres organisations du même type (voir l’article précédent), aucun indicateur de performance n’est étudié. Seule l’activité de création du lien entre les personnes à l’œuvre.

En toute fin de réunion, un temps est réservé pour évaluer la qualité de la réunion qui vient de se dérouler. Chaque membre est invité à faire part de son niveau de satisfaction et de son vécu sur les deux heures. Les motifs de satisfactions sont autant d’indicateurs sur le sens partagé. Les manques sont autant de sujets de réflexion que le groupe leadership peut traiter le mercredi qui suit.

Le processus d’animation, un outil de transformation et de développement personnel

Le processus est devenu essentiel pour tous les membres du groupe d’affaire.

Utilisé de façon très consciente au sein du groupe leadership, il a contribué à un véritable changement de vision de ses membres. Sa mise en œuvre rigoureuse, presque ritualisée, a permis à chacun de prendre véritablement conscience que prendre en compte les émotions de l’autre développe l’écoute, le respect et l’entre-aide. Il met chaque fois en lumière que d’expliciter les attentes de chacun, loin de constituer des entraves au bon déroulement d’un projet, est gage d’engagement et de créativité.

Et c’est là que la magie du processus opère: en s’intéressant d’abord à la qualité des relations entre les femmes et les hommes du groupe, en étant exigeant sur la juste répartition des temps de paroles, en s’affranchissant de l’objectif et de ses indicateurs, le contenu émerge de lui-même. Ainsi, il n’est pas besoin de se focaliser sur ce qui doit être réalisé, l’envie de chacun y contribue déjà.

Une seule chose devient dès lors importante: est-ce que ce que je propose ou réalise va dans le sens de ce qui nous réunit.

Le processus est aujourd’hui plébiscité par les membres du groupe d’affaire. Il est un des ingrédients majeurs de la qualité des échanges qui s’établissent entre les femmes et les hommes qui le constituent.


Actualités

Club 120- Cinq conditions pour développer la coopération

30/04/2018

Un nouvel épisode qui examine les composantes de la dynamique de coopération mise en œuvre par le Club 120 depuis sa création à aujourd'hui - lire l'article

Club 120 - Gestion du temps et co-responsabilité

12/03/2018

Cet épisode a pour intention d'apporter un éclairage sur le rôle essentiel de gardien du temps et sur ce que cela révèle de la culture de co-responsabilité dans une équipe.


Ressources

Références
Partages

Une connaissance multidimension-
nelle de l'entreprise, depuis la TPE,
la PME-PMI à l'entreprise multina-
tionale

Une compétence pluridisciplinaire de l'accompagnement acquise
auprès d'un large éventail de
secteurs d'activité, dans l'industrie,
le tertiaire et les services publics.

Une expérience opérationnelle du
management des équipes acquise
sur des fonctions clés du manage-
ment des risques professionnels
et industriels.

Coach professionnel  RNCP niveau II (Master 1)

Certifié par l'école JBS Coaching.

Activité de formation déclarée 84380656338